Skip to main content.
April 14th, 2006

Un livre que vous n’êtes pas censé lire

[Encadré p.160]
Image Hosted by ImageShack.us

Magnifiquement intitulé « Les moines de l’empereur Kūbilaï Khān de Chine, ou l’histoire de la vie et des voyages de Rabban Sawma, émissaire et plénipotentiaire des khan mongols chez les rois d’Europe, et de Markos, qui sous le nom de Mar Yahbh-Allaha III devint patriarche de l’Église nestorienne d’Asie », l’ouvrage est traduit par Sir E.A. Wallis Budge.

Publié pour la première fois à Londres en 1928, cet ouvrage est depuis longtemps épuisé, et c’est typiquement le genre de livre que les universitaires modernes adeptes du politiquement correct préfèrent ne pas voir réédité. Cependant, l’agence de presse internationale assyrienne a rendu un splendide service à la communauté en le mettant en ligne à l’adresse http://www.aina.org/books/mokk/mokk.htm#c72. Toute l’histoire y est, de l’ascension et de l’heure de gloire des Nestoriens jusqu’aux monstrueuses persécutions qui annihilèrent le Christianisme en Asie Centrale. On y trouve aussi l’histoire du voyage remarquable de Rabban Sawma, émissaire du dirigeant mongol Argoun, en Europe où il essaya d’obtenir l’appui des souverains d’Occident pour monter une opération commune contre les Musulmans. Cette narration est abondamment documentée, élégamment écrite, et éloquemment racontée.

Posted by ajm as Ch. 13 - Et s'il n'y avait jamais eu de croisade?, Enc. Un livre que vous n'êtes pas censé lire at 10:00 AM UTC

No Comments »

April 7th, 2006

Le Coran: un livre guerrier

Au vu de la carrière de Mahomet, si profondément marquée par le sang et les opérations militaires, on peut s’attendre à ce que le livre sacré légué au monde par le prophète de l’Islam soit également violent et intransigeant. Et c’est le cas: le Coran est le seul exemple d’écriture sacrée recommandant à ses adeptes de faire la guerre contre les incroyants.

Le Coran préconise la guerre

Le Coran contient plus de cent versets exhortant les croyants à faire le djihad contre les incroyants. «Ô prophète! Lutte durement contre les mécréants et les hypocrites et sois inflexible avec eux. L’enfer sera leur demeure, un bien pauvre refuge, en vérité» (Coran 9:73). «Lutte durement» est la traduction de djahidi, une forme verbale du terme arabe djihad. Cette lutte devait avoir lieu sur le champ de bataille. «Quand vous rencontrerez les incroyants sur le champ de bataille, frappez-les à la nuque et, quand vous les aurez maîtrisés, ligotez fermement vos captifs» (Coran 47:4). Ces ordres sont répétés avec insistance: «Ô croyants! Combattez les incroyants qui vous entourent et qu’ils vous trouvent fermes. Et sachez qu’Allah soutient ceux qui le craignent» (Coran 9:123).

Cette effort de guerre devait être dirigé contre ceux qui rejetaient l’Islam et ceux qui prétendaient être musulmans sans y adhérer totalement: «Prophète, fais la guerre aux incroyants et aux hypocrites et traite-les avec rigueur. L’enfer sera leur demeure – quel sort mauvais est le leur» (Coran 9:73). Cette guerre constituait une partie du conflit spirituel plus large entre Allah et Satan: «Ceux qui croient combattent dans la voie d’Allah, et ceux qui ne croient pas combattent dans la voie du diable. Alors, combattez les amis du diable» (Coran 4:76).

«Puis, lorsque les mois sacrés seront écoulés, tuez les idolâtres où que vous les trouviez Faites-les captifs, assiégez-les, tendez-leur des embuscades. Mais s’ils se repentent, qu’ils pratiquent le culte et paient leur aumône, laissez-les aller leur chemin. Allah est clément et miséricordieux» (Coran 9:5). L’«aumône» mentionnée ici est la zakat, l’un des cinq piliers de l’Islam, qui règle l’impôt religieux, la dîme. Ainsi, ce verset déclare que si les «idolâtres» deviennent des Musulmans, ils doivent être laissés en paix.

Les Juifs et les Chrétiens devaient être combattus, de même que les «idolâtres»: «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni en le Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et son messager ont interdit et qui ne reconnaissent pas la religion de la vérité, (même parmi) le Peuple du Livre, jusqu’à qu’ils paient la taxe de capitation [jiziah] en personne, après s’être humiliés» (Coran 9:29). La jiziah est une taxe imposée aux incroyants.

Le djihad est le premier devoir des Musulmans: «Ferez-vous du devoir de donner à boire aux pèlerins et d’entretenir la Mosquée sacrée des actes comparables à la dévotion de celui qui croit en Allah et au Jour dernier et qui combat dans la voie d’Allah? Ils ne sont pas égaux aux yeux d’Allah, et Allah ne guide pas ceux qui commettent des injustices. Ceux qui croient, qui renoncent à leur demeure et qui luttent dans la voie d’Allah [djihad fi sabil Allah], par leurs biens et par leur personne, ceux-là sont dans la plus haute estime auprès d’Allah – à eux le salut et la victoire» (Coran 9:19–20). La théologie islamique se réfère explicitement au djihad fi sabil Allah comme à un appel à prendre les armes au nom de l’Islam.

Le paradis est promis à ceux qui «tuent et sont tués» pour Allah: «Allah a acquis la personne et les biens des croyants en échange des jardins du paradis. Ils combattent dans Sa voie – ils tuent et se font tuer. C’est un engagement authentique de Sa part» (Coran 9:111).

On peut bien sûr spiritualiser de tels versets, mais la chronique historique ne laisse aucun doute sur le fait que Mahomet les comprenait de manière tout à fait littérale.

Mythe PC: Le Coran enseigne la tolérance et la paix

Mais, n’est-ce pas le cas, en fait: le Coran ne prêche-t-il pas vraiment la tolérance et la paix? Bien sûr, il y a quelques versets malsains çà et là, mais il y a aussi de nombreux versets qui prônent la fraternité entre les hommes et l’égalité, la dignité, de tous les êtres humains, non?

Non. Le conseil coranique le plus proche de la tolérance et de la coexistence pacifique consiste à recommander aux croyants de laisser les incroyants dans leur erreur: «Dis: ô incroyants! Je n’adore pas ce que vous adorez. Et vous n’adorez pas ce que j’adore. Je n’adorerai pas ce que vous adorez. Et vous n’adorerez pas ce que j’adore. À vous votre religion, et à moi ma religion» (Coran 109:1-6). Et s’ils doivent être laissés en paix dans leurs croyances, c’est pour qu’Allah puissent prendre soin d’eux: «Et endure leurs paroles avec patience, et éloigne-toi d’eux avec noblesse et dignité. Puis laisse-Moi traiter seul avec ceux qui vivent dans l’aisance et nient la vérité – accorde-leur un bref répit» (Coran 73:10–11).

Par-dessus tout, aucun Musulman ne devrait forcer quiconque à adopter l’Islam: «Nulle contrainte en religion: la vérité se distingue clairement de l’erreur. Quiconque rejette le diable rebelle et croit en Allah tient là le guide le plus solide, celui qui jamais ne le lâche» (Coran 2:256).

Mais est-ce là vraiment de la tolérance au sens où l’entendent les Occidentaux? Ce pourrait être un fac-similé acceptable si c’était là tout ce que le Coran avait à dire sur le sujet. Mais ce n’est pas le cas.

Mythe PC: Le Coran prescrit aux croyants de ne prendre les armes qu’en situation de légitime défense

À cette étape, les apologistes de l’Islam pourraient concéder que le Coran ne prévoit pas de maintenir les relations entre croyants et incroyants au stade du vivre-et-laisser-vivre. Ils pourraient admettre qu’il conseille aux croyants de se défendre puis affirmer qu’il s’agit là d’une attitude comparable à la notion de guerre juste prônée par l’Église catholique.

Le Coran fournit des arguments en faveur de cette thèse: «Combattez dans la voie d’Allah ceux qui vous combattent, mais ne transgressez pas (ou n’engagez pas les hostilités). Certes, Allah n’aime pas les transgresseurs (ceux qui engagent les hostilités).» Ainsi, les Musulmans sont enjoints, au moins par ce verset, de ne pas initier de conflits contre les incroyants. Mais une fois les hostilités engagées, les Musulmans doivent s’y consacrer avec ferveur: «Et tuez-les où que vous les trouviez, et chassez-les d’où ils vous ont chassés – l’association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les. Telle est la rétribution des mécréants. Mais s’ils cessent, Allah est clément et miséricordieux.»

Et quelle est la conclusion de cette guerre? «Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit exclusivement celle Allah» (Coran 2:190–193). Cela semble indiquer que la guerre doit continuer jusqu’à que le monde entier appartienne à l’Islam – que la religion y soit «celle d’Allah» – ou soit placé sous le règne de la loi islamique.

En conséquence, l’interprétation selon laquelle le djihad serait uniquement défensif reste problématique. Le mufti sud-africain Ebrahim Desai répétait ainsi un enseignement très commun dans l’Islam en répondant à la question suivante sur le site Internet «Islam Q & A Online» : «J’ai une question à propos du djihad offensif. Cela signifie-t-il que nous devons attaquer même les non-Musulmans qui n’ont rien entrepris contre l’Islam, juste parce que nous devons propager l’Islam?» Desai répondit:

Vous devez comprendre que nous, Musulmans, croyons fermement que toute personne qui ne croit pas en l’Islam comme elle le devrait est, de ce fait, un incroyant, condamné à l’enfer éternel. Ainsi, l’un des premiers devoirs du Musulman est de répandre l’Islam partout dans le monde et de sauver ainsi des gens de la damnation éternelle. Ainsi, ce que le passage du Tafsir Uthmani (un commentaire du Coran) vent dire est que si un pays ne permet pas la diffusion de l’Islam auprès de ses habitants d’une manière appropriée ou s’il s’oppose à cette diffusion, alors le gouvernant musulman est en droit de faire le djihad contre ce pays, afin que le message de l’Islam puisse atteindre ses habitants, et ainsi les sauver du feu de l’enfer. Si l’incroyant nous permet de répandre l’Islam paisiblement, alors nous n’engageons pas le djihad contre lui.[1]

En d’autres termes, si un pays est perçu comme un empêchement à la diffusion de l’Islam, les Musulmans sont tenus de faire la guerre contre lui. Et ce serait naturellement considéré comme un conflit défensif, en juste réaction à l’empêchement initial. Voici un autre exemple de l’élasticité et ainsi de l’inanité de la notion de légitime défense dans ce contexte: que constitue une provocation suffisante? Les défenseurs doivent-ils attendre que l’ennemi ait lancé la première attaque militaire? Ces questions ne trouvent aucune réponse claire dans la législation islamique, ce qui permet à n’importe qui de présenter à peu près n’importe quelle entreprise comme un acte de légitime défense sans violer les canons de ses lois. Mais cela enlève également tout sens à la revendication si souvent répétée selon laquelle le djihad ne pourrait être que défensif.

Les versets tolérants du Coran: «annulés»

De plus, les derniers mots que le Coran consacre au djihad ne sont pas défensifs, mais offensifs. Les sourates du Coran ne sont pas classées par ordre chronologique, mais en fonction de leur longueur. Par ailleurs, la théologie islamique divise le Coran en sourates «mecquoises» et «médinoises». Les chapitres mecquois proviennent de la première partie de la carrière de prophète de Mahomet, d’une époque à laquelle il appelait simplement les Mecquois à adopter l’Islam. Plus tard, après sa fuite à Médine, il durcit sa position. Les sourates médinoises sont moins poétiques et généralement beaucoup plus longues que celles de La Mecque; elles sont remplies de considérations légales et rituelles, et d’exhortations à la guerre contre les incroyants. Les versets relativement tolérants mentionnés plus haut et d’autres analogues datent donc généralement de la période mecquoise, tandis que ceux prônant une attitude plus violente et intolérante proviennent en grande partie de Médine.

Pourquoi cette distinction a-t-elle de l’importance? En raison de la doctrine islamique de l’abrogation (naskh) – notion selon laquelle Allah peut modifier ou abroger ses paroles adressées aux Musulmans: «Si Nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le fassions oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est Omnipotent?» (Coran 2:106). Dans cette optique, les versets violents de la neuvième sourate, incluant le verset de l’épée (9:5), abrogent les versets pacifiques car ils furent révélés à une date ultérieure de la carrière prophétique de Mahomet. En fait, la majorité des autorités musulmanes s’accordent à dire que la neuvième sourate fut le dernier chapitre révélé du Coran.

Sur cette base, des théologiens islamiques affirmèrent que le verset de l’épée abroge pas moins de 124 versets plus pacifiques et tolérants du Coran.[3] Le Tafsir al-Jaladayn, un commentaire du Coran par les dignes imams Jalal al-Din Muhammad ibn Ahmad al-Mahalli (1389–1459) et Jalal al-Din Abd al-Rahman ibn Abi Bakr al-Suyuti (1445–1505), affirme que la neuvième sourate «a été envoyée lorsque la sécurité fut chassée par l’épée».[4] Un autre commentateur classique et respecté du Coran, Ismail bin Amr bin Kathir al Dimashqi (1301–1372), plus connu sous le nom de Ibn Kathir, déclare que la sourate 9:5 «abrogea tous les accords de paix entre le prophète et tout idolâtre, tous les traités et toutes les dispositions. (…) Aucun idolâtre n’a plus eu aucun traité ou promesse de sécurité depuis la révélation de la sourate Baraah (la neuvième sourate).»[5] Ibn Juzayy († 1340), un autre commentateur dont les œuvres sont toujours lues dans le monde islamique, concourt: le verset de l’épée a selon lui pour objet d’«abroger tous les traités de paix du Coran».[6]

Ibn Kathir précise cela clairement dans son commentaire d’un autre «verset tolérant»: «Et sa parole [la parole du Prophète à Allah]: ‹Seigneur, ce sont là des gens qui ne croient pas›. Et bien, éloigne-toi d’eux (pardonne-leur); et dit: ‹Salut!› [Salam] Car ils sauront bientôt.» (Coran 43:88–89). Ibn Kathir explique: «Dit Salam (paix) signifie: ne leur réponds pas de la manière malfaisante dont ils ont usé envers toi; tente au contraire d’adoucir leur cœur et pardonne-leur en paroles et en actes.» Mais le passage ne s’arrête pas là. Ibn Kathir entame alors la dernière partie: «Car ils sauront bientôt. C’est là un avertissement d’Allah pour eux. Son châtiment imparable les frappa, et sa religion et sa parole furent suprêmes. Par la suite, le djihad et la lutte furent rendus obligatoire jusqu’à que le peuple entre en masses dans la religion d’Allah et que l’Islam couvre toute l’étendue séparant l’est et l’ouest.»[7]

Or cette œuvre n’est pas encore achevée.

Tout cela signifie que la guerre contre les incroyants jusqu’à qu’ils deviennent des Musulmans ou qu’ils paient la jizia – l’impôt spécial sur les non-Musulmans prévu par la loi islamique – «après s’être humiliés» (Coran 9:29) est le dernier mot du Coran sur le djihad. La tradition islamique courante a interprété cela comme un ordre de marche permanent d’Allah contre la race humaine: la oumma (communauté) islamique doit rester en état de guerre perpétuelle avec le monde non musulman, un effort interrompu seulement par des trêves temporaires.

De nos jours, certains théologiens islamiques tentent d’édifier des visions alternatives de l’Islam, basées sur une compréhension différente de l’abrogation; mais ces efforts n’ont suscité que peu d’intérêt et de soutien parmi les Musulmans dans le monde, ceci d’autant plus qu’ils s’opposent de manière frontale aux interprétations qui ont fait foi durant des siècles dans l’Islam.

Mythe PC: la Bible est aussi violente que le Coran

Bon, le Coran prône la guerre. Mais la Bible aussi, non? Les apologistes islamiques et leurs alliés non musulmans tentent fréquemment de plaider l’équivalence morale entre l’Islam et le Christianisme: «Les Musulmans sont violents? Les Chrétiens aussi! Les Musulmans font leur djihad? Et qu’en est-il des Croisades? Le Coran recommande la guerre? Bah, je pourrais tout aussi bien dénicher des versets violents dans la Bible.» Vous pouvez trouver ce genre de choses dans toutes les traditions religieuses, nous dit-on. Aucune d’entre elles n’est plus ou moins susceptible d’inciter ses adeptes à la violence, nous assure-t-on.

Vraiment? Certains apologistes islamiques et défenseurs non musulmans de l’équivalence morale affirment que nous pouvons même trouver dans le Nouveau Testament de quoi exhorter les croyants à la violence. Ils désignent le plus souvent les deux passages suivants:

«Je vous le dis, on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence» (Luc 19:16–27). La tromperie, manifeste, consiste ici à présenter les paroles d’un roi cité dans une parabole, et non les instructions de Jésus à ses adeptes. Mais ces «subtilités» sont souvent ignorées à l’ère des communications modernes. 

«Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère» (Matthieu 10:34–35). Si ce passage exhortait bel et bien à une quelconque violence littérale, ce serait un djihad intrafamilial. Mais il est absurde de l’invoquer comme un parallèle aux passages djihadiques du Coran, dont le nombre dépasse la centaine: même les croisés à leurs pires heures de vénalité et de cupidité n’invoquèrent jamais de tels passages. Et de toute manière, compte tenu du message global totalement pacifique de Jésus, il est évident que l’épée dont il parlait était allégorique, métaphysique. Interpréter ce texte de manière littérale, c’est méconnaître Jésus qui, contrairement à Mahomet, ne prit jamais part à des batailles. C’est aussi manquer de discerner la poésie, pourtant omniprésente, de la Bible.

 

Conscients, peut-être, de l’inanité d’une telle argumentation biblique, les apologistes islamiques désignent plutôt différents passages de l’Ancien Testament.

«Lorsque l’Éternel, ton Dieu, t’aura fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession, et qu’il chassera devant toi beaucoup de nations, les Héthiens, les Guirgasiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens et les Jébusiens, sept nations plus nombreuses et plus puissantes que toi; lorsque l’Éternel, ton Dieu, te les aura livrées et que tu les auras battues, tu les dévoueras par interdit, tu ne traiteras point d’alliance avec elles, et tu ne leur feras point grâce» (Deutéronome 7:1–2).«Quand tu t’approcheras d’une ville pour l’attaquer, tu lui offriras la paix. Si elle accepte la paix et t’ouvre ses portes, tout le peuple qui s’y trouvera te sera tributaire et asservi. Si elle n’accepte pas la paix avec toi et qu’elle veuille te faire la guerre, alors tu l’assiégeras. Et après que l’Éternel, ton Dieu, l’aura livrée entre tes mains, tu en feras passer tous les mâles au fil de l’épée. Mais tu prendras pour toi les femmes, les enfants, le bétail, tout ce qui sera dans la ville, tout son butin, et tu mangeras les dépouilles de tes ennemis que l’Éternel, ton Dieu, t’aura livrés. C’est ainsi que tu agiras à l’égard de toutes les villes qui sont très éloignées de toi, et qui ne font point partie des villes de ces nations-ci. Mais dans les villes de ces peuples dont l’Éternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire» (Deutéronome 20:10–17).

«Maintenant, tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui; mais laissez en vie pour vous toutes les filles qui n’ont point connu la couche d’un homme» (Nombres 31:17–18).

 

Voilà du sérieux, non? Tout aussi grave que «tuez les incroyants où que vous les trouviez» (Coran 9:5) and «lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement» (Coran 47:4) et tout le reste, non?

Non. À moins que vous ne soyez héthien, guirgasien, amoréen, cananéen, phérézien, hévien ou jébusien, ces passages bibliques ne vous concernent nullement. Le Coran exhorte les croyants à combattre les incroyants sans jamais spécifier dans le texte que seuls certains incroyants sont visés, ou pour une certaine période seulement, ou avec une quelconque autre distinction. S’il en faut en croire les textes tels qu’ils sont, l’ordre donné aux Musulmans de faire la guerre aux incroyants est illimité et universel. L’Ancien Testament, en revanche, prévoit expressément que les ordres guerriers donnés aux Israélites ne s’appliquent qu’à certains peuples bien précis. Ces injonctions tranchent douloureusement avec la sensibilité actuelle, c’est indéniable, mais elles sont très différentes dans leur impact. C’est la raison pour laquelle ni les Juifs ni les Chrétiens n’ont formé de groupes terroristes qui, aux quatre coins du monde, citent ces textes sacrés pour justifier le massacre de civils non combattants.

En revanche, Oussama Ben Laden, qui n’est que le membre le plus visible d’un réseau terroriste s’étendant de l’Indonésie au Nigéria, avec des antennes jusqu’en Europe occidentale et en Amérique du Nord et du Sud, cite généreusement le Coran dans ses communiqués. Dans sa «Déclaration de guerre contre les Américains occupant le pays des deux lieux saints» de 1996, il cite les sourates 3:145, 47:4–6, 2:154, 9:14, 47:19, 8:72 et naturellement le fameux «verset de l’épée», le 9:5.[10] En 2003, au premier jour de la fête sacrée musulmane de l’Eid al-Adha, la Fête du Sacrifice, il commença son sermon par: «Loué soit Allah qui révéla le verset de l’épée à son serviteur et messager [le prophète Mahomet] afin d’instaurer la vérité et d’abolir le mensonge.»[11]

Bien sûr, un esprit malveillant peut citer les Écritures à son profit, mais l’utilisation que fait Oussama de ces passages et d’autres est tout à fait conforme (comme nous allons le voir) à l’acceptation islamique traditionnelle du Coran. Lorsque les Juifs et les Chrétiens actuels lisent leur Bible, il est tout naturel pour eux de ne pas interpréter les passages mentionnés plus haut comme autant d’exhortations à violenter les incroyants. Cela est dû à des siècles de traditions de réflexion et d’interprétation qui ont permis de s’éloigner du sens littéral de ces passages. Mais en Islam, il n’existe aucune tradition comparable. Les passages djihadiques du Coran ne sont absolument pas lettre morte. En Arabie Saoudite, au Pakistan et ailleurs, les écoles islamiques sont des foyers de recrutement essentiels des groupes terroristes djihadiques: les élèves y apprennent qu’ils sont tenus de faire le djihad, et ces groupes leur en offrent la possibilité concrète.

* * *

[1] “I have a question about offensive Jihad”, Islam Q & A Online avec le mufti Ebrahim Desai, question 12128 du Canada, www.islam.tc/asl-imam/view.php ?q=12128
[2] Sidik Aucbur, “The true meaning of Jihad”, www.khilafah.com, 11 mai 2003
[3] Ibn Arabi, dans Suyuti, Itqan iii, 69. Cf. John Wansbrough, Quranic Studies, Prometheus, 2003, p. 184.
[4] «Sura at-Tawba: Repentance», Tafsir al-Jalalayn, traduction anonyme, republiée sur http://ourworld.compuserve.com/homepages/ABewley/tawba1.html
[5] Ibn Kathir, vol. 4, 377.
[6] «Sura at-Tawba: Repentance», Tafsir al-Jalalayn, traduction anonyme, republiée sur http://ourworld.compuserve.com/homepages/ABewley/tawba1.html
[7] Ibn Kathir, vol. 8, 668.
[8] «Question #34770: There is no compulsion to accept Islam», Learn Hajj Jurisprudence, Islam Q & A, http://63.175.194.25/index.php?In=eng&ds=qa&lv=browse&QR=34770&dgn=4
[9] Institut de recherche des médias du Moyen-Orient (MEMRI), «PA TV Broadcasts Call for Killing Jews and Americans», MEMRI Special Dispatch No. 138, 13 octobre 2000, http://memri.org/bin/articles.cgi?Page=archives&Area=sd&ID=SP13800
[10] Oussama Ben Laden, «Declaration of War against the Americans Occupying the Land of the Two Holy Places», 1996. http://mideastweb.org/osamabinladen1.htm
[11] Institut de recherche des médias du Moyen-Orient (MEMRI), «Bin Laden’s Sermon for the Feast of the Sacrifice», MEMRI Special Dispatch No. 476, 5 mars 2003. http://memri.org/bin/articles.cgi?Page=archives&Area=sd&ID=SP47603

Posted by admin as Ch. 02 - Le Coran: livre guerrier at 10:00 AM UTC

1 Comment »

Le saviez-vous?

Image Hosted by ImageShack.us

– Le Coran ordonne aux Musulmans de faire la guerre contre les Juifs et les Chrétiens.
– Les versets coraniques tolérants, pacifiques, souvent cités, ont en fait été abrogés selon la théologie islamique.
– Rien dans la Bible n’est comparable aux exhortations à la violence contenues dans le Coran.

Posted by admin as Ch. 02 - Le Coran: livre guerrier, Enc. Le saviez-vous? at 10:00 AM UTC

No Comments »

March 9th, 2006

La croisade que nous devons mener aujourd’hui

Quand on lui demanda à la fin du long pontificat du pape Jean-Paul II si l’Église catholique pourrait revoir son attitude envers l’Islam, l’archevêque Michael Fitzgerald, président du Concile pontifical pour le débat interreligieux déclara : « Il pourrait y avoir une plus grande prise en compte de la liberté religieuse ; mais je ne pense pas qu’il y aura une guerre. L’époque des croisades est révolue. »

Cela va sans dire. Malgré les fantasmes enfiévrés des djihadistes de par le monde, les croisades des livres d’histoire sont absolument terminées. Mais le djihad auquel devait faire face les croisés, lui, ne l’est pas. Le rêve musulman millénaire d’une Europe islamique n’est absolument pas terminé. En fait, dans un certain sens, son accomplissement est plus proche que jamais.

L’islamisation de l’Europe

En 2015 les touristes visitant Paris s’arrêteront-ils pour visiter la mosquée de Notre Dame ou le minaret d’Eiffel ? En raison d’une immigration massive et de la dhimmitude officielle des dirigeants européens, les Musulmans réalisent aujourd’hui ce qu’ils ne sont pas parvenus à faire du temps des croisades : conquérir l’Europe. À quelle allure l’Europe est-elle islamisée ? Tellement rapidement que même l’historien Bernard Lewis qui, tout au long de sa carrière prestigieuse, est toujours resté très prudent quant au radicalisme islamique et au terrorisme, déclara ouvertement au journal allemand Die Welt : « L’Europe sera islamique avant la fin du siècle. »

Ou peut-être même avant ; si les tendances démographiques actuelles persistent, la France, les Pays-Bas et d’autres pays d’Europe occidentale pourraient avoir des majorités musulmanes au milieu de ce siècle. En attendant, ces minorités musulmanes croissantes deviennent de plus en plus autoritaires et perturbatrices. En voici quelques signes récents apparus dans d’autres pays d’Europe :

– La troisième ville de Suède, Malmö, est devenue un avant-poste du Moyen-Orient en Scandinavie. Actuellement, un quart de la population de la ville est musulmane et cette proportion s’accroît régulièrement. Les Musulmans de Malmö ne se montrent ni paisibles ni tolérants. Même la police a peur : « Si nous laissons notre voiture sans surveillance, elle sera endommagée, alors nous devons y aller avec deux véhicules, l’un servant à protéger l’autre », relata un policier de Malmö. Et les ambulanciers suédois refusent de pénétrer dans certains quartiers de Malmö sans escorte policière.

– La Nordgärdsskolen à Aarhus, Danemark, est devenue la première école sans Danois. Les étudiants y sont issus de la population qui grandit le plus vite là bas : les immigrants musulmans.

– Également au Danemark, l’étude du Coran est maintenant obligatoire pour les élèves du secondaire. Il n’y a aucun problème avec l’obligation faite à ces élèves de lire le Coran, mais vu la prépondérance actuelle du politiquement correct sur le continent européen, il y a peu de chances que cette étude inclue un point de vue critique.

– Le dirigeant musulman pakistanais Qazi Hussain Ahmed donna une conférence au centre culturel islamique de Stockholm. On lui accorda l’entrée dans le pays bien que, selon le journal norvégien Aftenposten, il « ait tenu des propos flatteurs sur Oussama Ben Laden et [que] son propre parti, le Jaamat-e-Islami, [ait] présenté les membres d’Al Quaeda comme des héros ». En Norvège, il refusa de répondre quand on lui demanda si les homosexuels devaient être mis à mort.

Ailleurs en Europe, le djihad devient plus violent. Les autorités néerlandaises ont découvert au moins quinze projets terroristes différents, tous visant à punir les Pays-Bas pour leurs 1300 hommes de troupe participant au maintien de la paix en Irak. De même en Espagne où des Musulmans marocains, dont plusieurs soupçonnés d’avoir participé aux attentats du 11 mars à Madrid, ont pris le contrôle d’une aile d’une prison espagnole à l’automne 2004. Puis, ils diffusèrent à tue-tête des prières musulmanes, intimidèrent physiquement des prisonniers non musulmans, suspendirent des portraits d’Oussama ben Laden et clamèrent : « Nous allons gagner la guerre sainte. » Quelle fut la réaction des gardiens ? Ils demandèrent aux meneurs de baisser le volume des prières.

Ce que l’Europe a semé, elle le récolte aujourd’hui. Dans son livre Eurabia, l’écrivaine Bat Ye’or, pionnière de l’histoire de la dhimmitude, raconte comment cela s’est passé. L’Europe, explique-t-elle, a commencé voilà maintenant 30 ans à emprunter la voie de l’apaisement, de l’arrangement et de l’abdication culturelle en faveur de bénéfices politiques et économiques à court terme. Elle constate qu’aujourd’hui qu’elle « est passée d’une civilisation judéo-chrétienne avec un important héritage du siècle des lumières et de la laïcité à une civilisation de la dhimmitude, c’est-à-dire Eurabia – une société transitoire laïque musulmane dont les mœurs traditionnelles judéo-chrétiennes sont en voie de disparition rapide. »

Que faire ?

L’archevêque Fitzgerald a raison ; l’époque des croisades est depuis longtemps révolue. Il est inconcevable même d’imaginer qu’un pape actuel puisse appeler les Chrétiens à une défense militaire de la Terre sainte ou à tout autre acte contre des Musulmans. Il est encore plus inconcevable qu’une partie importante de l’Occident réponde à un tel appel. Non seulement l’Occident est parcouru de dissensions qui font ressembler celles des croisés à des fêtes de l’amour mais il n’existe en Occident aucun but ou point de vue majoritaire. Alors que les USA mènent une guerre contre la terreur qui a entraîné la destitution de Saddam Hussein et l’occupation de l’Irak, la France et l’Allemagne ont poursuivi une politique différente cherchant à faire de l’Union européenne un contre-pouvoir mondial opposé aux USA ; une stratégie impliquant une coopération étroite avec la ligue arabe.

La situation en Europe est devenue plutôt inquiétante et il faut faire quelque chose. Peut-être que le monde a besoin d’une nouvelle croisade, mais d’une espèce différente que celle menée par Richard cœur de Lion et Godfroy de Bouillon. Nous avons vu dans ce livre que les croisades étaient avant tout une défense contre l’impérialisme de l’Islam. Dans cette perspective, une nouvelle croisade est non seulement possible mais souhaitable.

Si j’appelle à la guerre entre la chrétienté et l’islam ? Certainement pas. Ce à quoi j’appelle est au constat du fait que nous sommes déjà engagés dans une guerre entre deux conceptions radicalement différentes de la façon de gouverner un état et de gérer une société, et que dans ce combat, l’Occident n’est redevable d’aucune excuse et possède de nombreux atouts à défendre. En effet, la lutte contre la charia n’est autre que la défense des droits de l’homme, une idée née en Occident et niée par l’islam. Chacun, dans l’Occident divisé et fragmenté, chrétien, juif, autre croyant ou athée humaniste devrait pouvoir admettre que c’est là une idée qui vaut la peine d’être défendue, même s’il reste des désaccords sur les détails.

Ce que nous faisons aujourd’hui n’est pas vraiment une « guerre contre la terreur ». La terreur est une tactique, pas un adversaire. Mener une guerre contre la terreur, c’est comme mener une guerre contre les bombes, c’est se braquer sur l’arme de l’ennemi plutôt que sur l’ennemi lui même. Refuser de reconnaître l’ennemi est extrêmement dangereux. C’est risquer de laisser ses flancs vulnérables comme le démontrent les invitations à la Maison Blanche octroyées tant par Bill Clinton que par George W. Bush aux djihadistes maintenant emprisonnés Abdurrahman Alamoudi et Sami al-Arian.

Reconnaître franchement que nous sommes face à un nouveau djihad aiderait beaucoup à prévenir ce genre de bévue de la part de la diplomatie et des renseignements. Ce n’est pas aussi extravagant qu’il y paraît. Les djihadistes ont déclaré la guerre aux États-Unis et aux autres nations non musulmanes. Tout ce que les États-Unis et l’Europe occidentale ont à faire est de reconnaître l’ennemi tel qu’il s’est lui même déclaré.

Vaincre le djihad sur le plan international

À la suite des attentats terroristes du 11 septembre, le président Bush a prévenu le monde : « Soit vous êtes avec les terroristes, soit vous êtes avec nous. » En raison de la position officielle de Washington qui refuse obstinément de reconnaître qui sont précisément les terroristes et pourquoi ils combattent, ces paroles vigoureuses ont été dénaturées à de nombreuses reprises. Peu de gens, voire personne ne pose seulement les bonnes questions.

Lors de son audition d’investiture au Sénat, la secrétaire d’état Condoleezza Rice fut mitraillée de questions à propos de l’Irak, des armes de destruction massives et de la durée du séjour de nos troupes dans ce pays déchiré par les conflits. Personne ne s’est donné la peine de lui poser une question pourtant plus importante : quand et comment la politique étrangère américaine cherchera-t-elle à affronter les buts et non seulement les tactiques de nos adversaires djihadistes ?

Trois ans après le 11 septembre, cela n’a pas encore été fait. Cela aurait dû constituer le premier objet à l’ordre du jour. C’est évident pour d’autres nations, y compris parmi nos ennemis. L’article 3 de la constitution iranienne déclare que l’Iran doit baser sa politique étrangère sur « des critères islamiques, l’engagement fraternel envers tous les musulmans et le soutien sans faille envers les combattants pour la liberté du monde entier ».
Je recommande que les USA en fassent autant : qu’ils annoncent leurs buts et leurs intérêts face au djihad mondial. Cela impliquerait une sérieuse réévaluation des positions américaines dans le monde.

Quelques modestes propositions dans cette optique : tout d’abord, il est scandaleux que tant d’années après que le président Bush ait annoncé « vous êtes soit avec les terroristes, soit avec nous », les USA comptent toujours parmi leurs amis et alliés, ou du moins parmi les bénéficiaires de leurs largesses, tant d’États où l’activité djihadiste est monnaie courante.

Lier l’aide étrangère au traitement des non-Musulmans.
Un Département d’État qui aurait véritablement à cœur les intérêts des USA cesserait immédiatement toute forme d’aide américaine au Kosovo, à l’Algérie, à la Somalie, au Soudan, à l’Égypte, à la Jordanie, aux territoires palestiniens, au Pakistan, à l’Indonésie et même à l’Irak et à l’Afghanistan – et à tout autre état qui n’aurait pas démontré de façon convaincante qu’il met fin à tout soutien, matériel, éducatif et religieux à la guerre djihadiste et qu’il accorde l’égalité totale des droits à tous ses citoyens non musulmans.

Revoir nos alliances mondiales selon les mêmes principes.
Le Pakistan, l’Arabie Saoudite et autres exportateurs de djihad doivent être avertis. La poursuite de relations amicales avec les USA dépend d’une renonciation immédiate et absolue au djihad, y compris une réforme des écoles qui l’enseignent.

Il ne suffit pas qu’un état dénonce ou renonce à la terreur ; chacun doit empêcher le djihad islamique de saper l’intégrité d’autres états. En même temps, les USA doivent chercher à nouer des relations avec des états victimes de la violence djihadiste, plus particulièrement la Russie. Jusqu’à présent, la résistance de la Russie au djihad mondial a été encore moins conséquente et plus limitée que la nôtre. Toutefois, si les USA reconnaissaient que nous affrontons un djihad mondial et cherchaient à resserrer ses relations en fonction de cela, la situation pourrait changer.

Appeler les États musulmans à renoncer à l’impératif expansionniste de la charia.
Pour être un ami des USA, chaque État doit renoncer à tous les objectifs islamiques énoncés par le dirigeant islamique pakistanais Syed Abul Ala Maududi qui déclara que quand des musulmans sont dirigés par des non musulmans, « les croyants doivent tout faire pour les déloger du pouvoir politique et les assujettir au mode de vie islamique ».

Ses propos sont tout à fait en accord avec la théologie et l’histoire islamiques ainsi qu’avec le Coran tel qu’il a été interprété et compris par les musulmans depuis des siècles. C’est là le but des djihadistes actuels ; ce devrait être le point de départ des alliances des USA avec les états musulmans.

Lancer un projet Manhattan à grande échelle pour trouver de nouvelles sources d’énergie de façon à ce que le réajustement de nos alliances dépasse le stade de paroles.
Le président Bush fit un premier pas timide dans ce sens en avril 2005, quand il appela à construire de nouvelles centrales nucléaires et des raffineries afin de diminuer la dépendance énergétique de l’Amérique vis à vis des fournisseurs étrangers (soit l’Arabie Saoudite). Cela revient à proposer un emplâtre pour une jambe de bois alors qu’il faut une remise en question fondamentale ; il faut faire bien davantage. Le projet Manhattan est une analogie délibérée. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les USA ont investi des millions et fait travailler les scientifiques les plus brillants du moment sur le projet de bombe atomique. Un effort comparable est-il mis en œuvre aujourd’hui pour rompre notre dépendance du pétrole saoudien ?

D’une manière plus générale, a-t-on la volonté, au Département d’État, de défendre ces mesures et d’autres analogues ? Ou n’est-il vraiment permis qu’à des régimes comme la mollahcratie sanglante de Téhéran d’exprimer ouvertement leurs buts et leurs principes et de se donner tous les moyens nécessaires pour assurer leur propre défense ?

La secrétaire d’État Rice doit poser ces questions et y répondre. La bureaucratie du Département d’État joue à la realpolitik depuis si longtemps qu’elle croit pouvoir travailler avec les djihadistes – comme si le largage de matériel de secours en Indonésie pouvait adoucir le dictat de Maududi selon lequel « les non-Musulmans n’ont aucun droit de se saisir des leviers du pouvoir ».

Le Département d’État doit admettre qu’il a affaire à une idéologie totalitaire, conquérante et expansionniste et agir en conséquence. Non seulement cela n’a pas été fait mais cette prise de conscience est si lointaine qu’il n’a même pas traversé l’esprit de la sénatrice démocrate Barbara Boxer de s’en servir comme d’un argument supplémentaire pour mettre en question la compétence et la crédibilité de Mme Rice lors de son audition d’investiture.
Maintenant, il s’agit pour la secrétaire Rice de montrer si, oui ou non, elle possède la vision nécessaire pour agir correctement.

Vaincre le djihad à domicile

La première chose qu’il nous faut pour vaincre le djihad chez nous, ce sont des citoyens informés :

Il faut lire le Coran.

En 1141, Pierre le vénérable, abbé de Cluny, fit traduire le Coran en latin. Dès lors, chaque prédicateur des croisades se devait de l’avoir lu. Si des Européens devaient aller au Proche-Orient combattre des Musulmans, il était clair pour quasiment tout le monde qu’ils devaient connaître l’état d’esprit de leurs adversaires. Pourtant, aux USA, l’affirmation selon laquelle connaître l’islam et le Coran pourrait aider à élucider certains aspects de la guerre contre la terreur suscite les moqueries, l’indifférence, voire des accusations de « racisme ». Récemment, Mahmood Mamdani, professeur de la chaire Herbert Lehman de gouvernance de la faculté d’anthropologie et de l’école d’affaires internationales de l’université de Columbia, rejeta l’idée selon laquelle le Coran pouvait nous apprendre quoi que ce soit sur le terrorisme moderne :

« J’étais à New York le 11 septembre 2001. Dans les semaines qui ont suivi, les journaux nous ont appris que le Coran était devenu un bestseller chez les libraires américains. Étonnamment, les Américains semblent penser que la lecture du Coran pourrait leur donner des indices sur les motivations de ceux qui ont perpétré les attentats-suicide contre le World Trade Center. Récemment, je me suis demandé si les habitants de Fallujah se sont mis à lire la Bible pour comprendre ce qui motive les bombardements américains. J’en doute ».

Il était surprenant en effet que Mamdani et son éditeur puissent considérer cela comme un argument probant. Était-il vraiment étonnant que des américains lisent le Coran pour découvrir les motivations de ceux qui le citent constamment dans leurs communiqués pour justifier leurs actes ? Il était encore plus étonnant que Mahmoud Mamdani puisse penser que la lecture de la Bible par les habitants de Fallujah fut une preuve par l’absurde malgré le fait, démontrable, que nonobstant les suspicions vagues des politiquement corrects à propos de la foi chrétienne de Bush, la politique étrangère américaine n’a jamais tenu compte des préceptes bibliques ou chrétiens, de façon implicite ou explicite, sauf peut-être dans l’obsession des militaires d’éviter les victimes civiles autant que possible (un principe outrepassé plus d’une fois). Le contraste avec les messages d’inspiration coranique d’Oussama ben Laden est évident – il n’échappe qu’à ceux qui ne veulent pas voir.

Parler honnêtement de l’activité djihadiste aux USA et en Occident.

Des citoyens informés ne se contentent pas de lire le Coran et d’autres textes islamiques ; ils s’attendent à une attitude responsable de la part des médias et à de l’honnêteté de la part des forces de l’ordre au sujet des attentats djihadistes aux USA. Nous avons vu au chapitre 16 comment de tels attentats peuvent être expliqués et excusés. Cette attitude est sans doute inspirée par la crainte des autorités de voir apparaître des milices qui prendraient pour cible les Musulmans des USA. Et c’est faire insulte à l’intelligence et à la droiture de la population américaine. Le manque de volonté officielle à tirer des conclusions évidentes nous empêche de prendre des décisions fondées sur la bonne manière de mener la guerre contre la terreur. Il faut que cela cesse.

Réviser le statut les organisations musulmanes.

Tout groupe musulman aux USA qui ne renonce pas explicitement, en paroles et en actes, maintenant et à l’avenir, à remplacer la constitution des États Unis par la charia doit être désigné comme un groupe politique et non pas religieux. Ainsi, il doit assumer toutes les règles et les responsabilités auxquelles sont soumis les groupes politiques.

Être fier de la culture occidentale.

Il est temps que toutes les écoles dont les équipes sportives ont abandonné l’appellation « croisés » la reprenne. Les effets délétères du multiculturalisme ont produit une haine suicidaire de l’Occident parmi nos propres enfants. Il est temps qu’un effort concerté vienne éradiquer le multiculturalisme des manuels scolaires et de la culture en général. La civilisation occidentale a produit des droits humains universellement acceptés (excepté dans le monde islamique), des avancées technologiques dépassant les rêves les plus fous des générations passées et bien d’autres choses encore. Pourtant, nos dirigeants et nos enseignants nos disent que nous devons avoir honte de nous.

Il est temps de dire « cela suffit » et d’apprendre à nos enfants à être fiers de leur héritage. Qu’ils sachent qu’ils possèdent une culture et une histoire dont ils peuvent et doivent être reconnaissants, qu’ils ne sont pas les enfants et petits-enfants de criminels et d’oppresseurs, que leurs foyers et leurs familles valent la peine d’être défendus contre ceux qui veulent les en priver et qu’ils soient prêts à tuer pour cela.

Et appelons donc cela une croisade.

Posted by hmr as Ch. 18 - La croisade à mener aujourd'hui at 10:00 AM UTC

No Comments »

Le saviez-vous?

Image Hosted by ImageShack.us
-L’Europe pourrait être islamique à la fin du XXIe siècle.
-Pour vaincre la menace djihadiste internationale, les USA doivent revoir leurs alliances en fonction de la prise de position des autres pays sur le jihad islamique.
-Les convertis de l’Islam au Christianisme sont obligés de vivre dans la peur, même aux USA.

Posted by hmr as Ch. 18 - La croisade à mener aujourd'hui, Enc. Le saviez-vous? at 10:00 AM UTC

No Comments »

February 5th, 2006

Soutien au Danemark!

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Posted by ajm as 001 - Compléments proposés at 10:00 AM UTC

No Comments »

January 30th, 2006

Entre Mahomet et Jésus…

[encadré p.175]
Image Hosted by ImageShack.us

« Voyant ce qui allait se passer, ceux qui entouraient Jésus lui dirent: ‹ Seigneur, frapperons-nous de l’épée? › Et l’un d’eux frappe le serviteur du grand prêtre et lui coupa l’oreille droite. Mais Jésus prit la parole : ‹ Laissez faire, arrêtez ›, dit-il, et, lui touchant l’oreille, il le guérit. »
Jésus, Évangile selon Luc 22-49 à 51

« Relaté par Abou Qilaba ; Anas dit : ‹ certaines tribus d’Ukl ou d’Uraina vinrent à Médine et le climat ne leur y convint pas. Après avoir retrouvé la santé, ils tuèrent le berger du prophète et emmenèrent ses chameaux. La nouvelle parvint au prophète de bon matin et il envoya des hommes à leur poursuite ; ils furent capturés et ramenés au milieu de la journée. Il ordonna alors qu’on leur coupât les pieds et les mains (et cela fut fait), et leurs yeux furent brûlés au fer rouge. On les laissa en un lieu appelé Al-Harra et lorsqu’ils demandèrent de l’eau, on ne leur en donna point. › Abou Qilaba ajouta : ‹ Ces gens avais commis le vol, le meurtre, étaient devenus des infidèles après avoir embrassé l’Islam et avaient combattus contre Allah et son Messager. › »
Sahih Bukhari, vol. 1, book 4, no. 233

Posted by ajm as Ch. 14 - Islam et Christianisme: équivalents?, Enc. Entre Mahomet et Jésus at 10:00 AM UTC

No Comments »

Islam et Christianisme: des traditions équivalentes?

[Intro Chapitre 14, p.171]

Image Hosted by ImageShack.us

« Ce n’est pas un stupide film hollywoodien », déclara l’actrice française Eva Green au sujet du dernier film sur les croisades du réalisateur anglais Sir Ridley Scott, Kingdom of Heaven.

C’est vrai. En fait, c’est plutôt un stupide film anglais.

« Les Musulmans », notait avec effusion le New York Times après une avant-première du nouveau blockbuster, « sont dépeints comme enclins à la coexistence jusqu’à ce que les extrémistes chrétiens ruinent tout. Et même lorsque les Chrétiens sont vaincus, les Musulmans leur offrent un sauf-conduit pour rentrer en Europe. » Sir Ridley, selon le Times, « a dit qu’il espérait démontrer que Chrétiens, Musulmans et Juifs pouvaient vivre ensemble harmonieusement – du moment que le fanatisme est tenu à l’écart. » Ou, comme Eva Green l’exprima, l’intention du film est de pousser les gens à « être plus tolérant, plus ouverts envers les Arabes. » [1]

À ce point, cela devrait être clair : l’idée que les Musulmans étaient « enclins à la coexistence » avec les non-Musulmans jusqu’à l’arrivée des croisés est historiquement fausse – à moins que par « coexistence », Ridley Scott n’entende la coexistence de l’oppresseur et de l’opprimé qu’était la dhimma. Eva Green et lui rendent les motivations politiquement correctes de ce film limpides : montrer que ce qui interfère dans la coexistence pacifique entre Musulmans et non-Musulmans est le « fanatisme », et non un quelconque élément d’une tradition religieuse. Le film est également destiné à faire en sorte que les Occidentaux racistes que nous sommes soient plus gentils envers les Arabes.

Mais le film n’est qu’un élément d’une campagne beaucoup plus vaste visant à convaincre les Occidentaux que la civilisation islamique est égale ou supérieure à la civilisation occidentale.

[1] Alan Riding, “The Crusades as a Lesson in Harmony? “, New York Times, 24 avril 2005

Kingdom of Heaven lave plus blanc que blanc…

Kingdom of Heaven est une histoire classique de cow-boys et d’indiens, dans laquelle les Musulmans sont nobles et héroïques et les Chrétiens sont vénaux et violents. Le scénario insiste lourdement sur les clichés politiquement corrects et les chimères de la tolérance islamique ; évacuant les lois et attitudes de la dhimmitude (dont Ridley Scott n’a vraisemblablement jamais entendu parler), il imagine un groupe épris de paix et de tolérance, une « communauté des Musulmans, des Juifs et des Chrétiens ». Mais, bien sûr, les Chrétiens gâchent tout. Un agent publicitaire vantant le film explique : « ils oeuvraient ensemble. C’était un lien solide jusqu’à ce que les Templiers causent des frictions entre eux ». Ah oui, ces ignobles « extrémistes chrétiens ».

Kingdom of Heaven a été conçu pour ceux qui pensent que tous les problèmes existant entre le monde islamique et l’Occident ont été provoqués par l’impérialisme, le racisme, et le colonialisme occidentaux, et que le glorieux parangon de la tolérance islamique, dont la lumière éclairait le monde à une époque, pourrait être rétabli si seulement les malveillants blancs d’Amérique et d’Europe se montraient plus tolérants. Ridley Scott et ses collaborateurs arrangèrent des projections anticipées du film à l’intention de groupes tels que le Conseil des relations américano-islamiques (Council on American-Islamic Relations, CAIR), de façon à s’assurer que les sensibilités musulmanes ne soient pas heurtées. C’est à tout point de vue un film de rêve pour l’establishment adepte du politiquement correct, exception faite d’un détail : il n’est pas fidèle à l’Histoire.

Le professeur Jonathan Riley-Smith, qui est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les croisades et l’un des principaux historiens s’intéressant à cette période, qualifia le film de « foutaises », et expliqua qu’il « n’est pas historiquement correct du tout » en « dépeignant les Musulmans comme sophistiqués et civilisés, et les croisés comme étant tous des brutes et des barbares. Cela n’a rien à voir avec la réalité ». Ah, et « il n’a jamais existé de communauté des Musulmans, des Juifs et des Chrétiens. C’est une absurdité totale. »

Le professeur Jonathan Philips, auteur d’un livre sur la quatrième croisade et le sac de Constantinople, a lui aussi exclu que film constitue une description fidèle de l’histoire, et conteste la représentation négative qu’il donne des chevaliers de l’ordre du Temple : « Présenter les Templiers comme les ‹ méchants › de l’histoire n’est une thèse soutenable que du point de vue musulman, et cette approche est incorrecte de toute manière. Ils furent la plus grande menace pour les Musulmans, et beaucoup finirent tués à cause du serment de défendre la Terre Sainte qu’ils avaient prêté. » Saladin est, selon l’agent publicitaire, « le héros du film ». Aucune mention n’est faite, naturellement, de ses massacres à Hattin, ou des plans analogues qu’il avait pour Jérusalem.

Pourtant, en dépit de la réécriture de l’Histoire et des efforts laborieux mis en œuvre pour dépeindre les Musulmans de l’époque des croisades sous un jour favorable dans Kingdom of Heaven, l’apologiste islamique Khaled Abou El Fadl, professeur de droit islamique à l’Université de Californie, écumait de rage à son propos : « Selon moi », s’emporta-t-il, « il est inévitable – et je suis prêt à risquer ma réputation là-dessus – qu’après la sortie de ce film, des crimes haineux soient commis directement à cause de lui. Les gens iront le voir le week-end et décideront de donner une leçon à quelque enturbanné. » Bien sûr, ceci constitue moins un acte d’accusation contre le film que contre la population américaine.

Quoi qu’il en soit, Kingdom of Heaven a coûté plus de 150 millions de dollars, met en vedette une distribution prestigieuse, et est vendu comme « une fascinante leçon d’histoire ».

Fascinante, peut-être – mais seulement en tant que preuve du mal que les Occidentaux d’aujourd’hui sont prêts à se donner pour se leurrer eux-mêmes.

[1] Charlotte Edwardes, “Historians say film ‘distorts’ Crusades“, London Sunday Telegraph, 18 janvier 2004 .

(NdT: D’autres liens vers des articles se posant la question de la propagande dans KoH sur http://www.zombietime.com/kingdom_of_heaven)

Mythe P.C. : le problème auquel le monde doit faire face aujourd’hui est celui du fondamentalisme religieux

Toute tradition religieuse est-elle également capable de provoquer la violence ? Cette notion, aussi répandue soit-elle, serait beaucoup plus crédible si Pat Robertson et Jerry Falwell [1] écrivaient des articles défendant la lapidation des personnes adultères (comme Hani Ramadan, écrivain musulman basé en Suisse, qui fit paraître un article ayant ce sujet dans le quotidien français Le Monde en septembre 2002), ou réclamaient l’exécution des blasphémateurs (le blasphème est une offense passible de la peine de mort au Pakistan et ailleurs dans le monde islamique) [2] , ou envoyaient des avions s’écraser sur les bâtiments symboliques de ceux qu’ils considèrent comme leurs ennemis.

Que les Chrétiens évangéliques ne commettent pas ces actes est une indication claire que tous les « fondamentalismes » ne sont pas comparables. Contrairement aux opinions déconstructionistes qui prévalent sur les campus universitaires de nos jours, les religions ne sont pas simplement des matériaux bruts qui peuvent être transformés en tout et n’importe quoi par les croyants. Il y a des points communs considérables dans le comportement des gens pieux de toutes les traditions. Par exemple, ils prient, se réunissent, et accomplissent certains rituels. Parfois même ils commettent des actes violents au nom de leur religion. Mais la fréquence et la diffusion de tels actes – et leur degré de parenté avec le courant prédominant de la religion en question – sont déterminés dans une grande mesure par les enseignements concrets de chaque culte. Les apologistes islamiques aiment à désigner Timothy McVeigh et Eric Rudolph [3] comme des exemples de terroristes chrétiens, mais il y a trois raisons qui font que McVeigh et Rudolph ne sont pas équivalents à Ben Laden et Zarkaoui :

♦ Ils ne tentèrent pas de justifier leurs actes en se référant à la tradition ou aux Écritures chrétiennes.

♦ Ils n’agirent pas sur la base des enseignements chrétiens traditionnels.

♦ Il n’y a pas de grands groupes chrétiens dans le monde qui soit voués à mettre en application les mêmes enseignements.

La différence entre Oussama Ben Laden et Eric Rudolph est la même qu’entre des actes aberrants et des enseignements aberrants. Tout être humain ayant un système de croyances peut faire des choses abominables. Mais les actes abominables sont davantage susceptibles d’advenir en plus grands nombres et fréquence lorsqu’ils sont encouragés et perpétués par des textes religieux et par ceux qui prêchent.

[1] NdT : Pat Robertson et Jerry Falwell sont tous les deux des « télévangélistes » conservateurs assez influents aux USA

[2] Hani Ramadan, “La charia incomprise”, Le Monde, 10 septembre 2002. Pour un cas typique d’exécution pour blasphème au Pakistan, voir par exemple “Man Accused of Blasphemy Shot Dead”, Reuters, 20 avril 2005

[3] NdT : Timothy McVeigh est l’auteur de l’attentat à la bombe d’Oklahoma City en 1995, et a été exécuté en 2001. Eric Rudolph a été condamné à l’emprisonnement à perpétuité en 2005 pour avoir posé quatre bombes (celle des Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996, ainsi que dans deux cliniques pratiquant l’avortement et dans un club homosexuel).

Vous ne voulez quand même pas dire que l’Islam est le problème ?

Quelle est l’alternative à la position de Ridley Scott selon laquelle c’est le « fanatisme » qui suscite tous nos ennuis aujourd’hui ? C’est une opinion que les gens politiquement corrects ne peuvent tout simplement pas comprendre : le problème est inhérent à l’Islam et ne disparaîtra pas, ou ne sera pas neutralisé, tant que ce fait ne sera pas reconnu.

Dire que le problème est inhérent à l’Islam n’est pas dire que tout Musulman est un problème. Comme nous l’avons vu, beaucoup de ceux qui se disent Musulmans n’ont qu’une connaissance indirecte et superficielle des enseignements de l’Islam. Non, admettre que la violence jihadiste internationale indique un problème avec l’Islam n’est que simple honnêteté : il y a des groupes dans le monde qui croient qu’il en va de leur responsabilité devant Dieu que de mener la guerre contre les non-Musulmans et d’imposer la loi islamique, d’abord dans les états musulmans, puis dans les états non musulmans. C’est une motivation centrale de la violence terroriste aujourd’hui, et elle prend racine dans les enseignements du Coran et de la Sunna (c’est à dire la tradition islamique).

Certains analystes redoutent que si les autorités occidentales commençaient à reconnaître que l’ennemi de l’Amérique dans la « guerre contre le terrorisme » n’est pas un groupe de gens ayant détourné l’Islam, mais bien des hommes qui oeuvrent sur la base d’enseignements issus du cœur même de l’Islam, nous ne soyons bientôt impliqués dans une guerre contre le monde islamique tout entier. Il serait alors certainement plus compliqué de maintenir les alliances d’opérette qui existent à l’heure actuelle avec les Saoudiens, les Pakistanais et les Égyptiens. Mais cela permettrait aussi aux États-Unis de demander des comptes à ces alliés putatifs quant à leur allégeance au jihad mondial, et de matérialiser l’avertissement donné au monde par George W. Bush après le 11 septembre 2001 : « Vous êtes soit avec les terroristes, soit avec nous. »

D’autres évitent de constater la crise profonde de l’Islam d’aujourd’hui sous le prétexte que cela découragerait et irriterait les musulmans modérés. S’ils sont véritablement modérés, il n’y a pas de raison. Aucun problème ne peut être résolu si sa source n’est pas identifiée. Un docteur qui traite à l’aspirine des maux de tête persistants provoqués par une tumeur au cerveau n’échappera pas longtemps à un procès pour faute professionnelle. Si un quelconque projet d’Islam modéré doit réussir, ce ne sera qu’en identifiant les éléments de l’Islam qui sont à l’origine de la violence et du terrorisme, et en oeuvrant d’une manière ou d’une autre pour modifier la compréhension que les Musulmans ont de ces éléments – soit en faisant en sorte que les recruteurs de jihadistes ne puissent plus convaincre de jeunes hommes de les rejoindre en faisant appel à leur désir d’accomplir « l’Islam pur. »

Que les Musulmans modérés puissent réellement réussir à changer la compréhension de l’Islam de millions de Musulmans est une question ouverte. Mais il n’y a aucune chance que cela se produise s’ils ne discernent pas pourquoi l’Islam crée des individus comme Ben Laden et Zarkaoui.

Cela paraît logique. Pourquoi est-ce si difficile à accepter pour certains ?

Une partie de la raison pour laquelle l’establishment politiquement correct trouve ceci si difficile à accepter est que, dans leur vision simpliste et réductrice du monde, les Occidentaux sont « blancs » et les Musulmans sont « de couleur ». Selon le dogme politiquement correct, les peuples de couleur ne peuvent être coupables d’aucun tort ; ils sont à jamais victimes d’injustices. Tous leurs actes de violence ne sont que des réactions aux provocations ahurissantes de l’homme blanc.

L’exemple le plus scandaleux est peut être celui de l’avocate radicale Lynne Stewart, reconnue coupable en février 2005 d’avoir fait passer des messages pour Omar Abdel Rahman, le cheik emprisonné qui fut le cerveau de l’attentat à la bombe du World Trade Center en 1993. Pourquoi Stewart devint-elle l’estafette de jihadistes sanguinaires? Elle expliqua : « Pour nous débarrasser du type de capitalisme inflexible et vorace qui règne dans ce pays, qui perpétue le sexisme et le racisme. Je ne pense pas que cela puisse se faire sans violence. » [1] Comment Stewart put-elle penser qu’Omar Abdel Rahman, un Musulman traditionaliste qui sans nul doute croit que les femmes existent pour servir les hommes et que celles qui sont désobéissantes devraient être battues (Coran IV:34), puisse être un champion du combat contre le sexisme et le racisme ? … Et bien, il combat « l’homme blanc », n’est-ce pas ?

[1] “Lawyer Convicted of Helping Terrorists,” dépêche Associated Press, 10 février 2005

Recouvrer la fierté dans la civilisation occidentale

« Ecoutez, Dr Yeagley, je ne vois rien dans ma culture dont on puisse être fier. Elle n’est rien du tout. Mon ethnie n’est vraiment rien. Regardez votre culture. Regardez la tradition amérindienne. Ça, je trouve, oui, vraiment super. Vous avez de quoi être fier. Ma culture, c’est que dalle. » [1]

Ces mots sont ceux qu’une étudiante blanche, « Rachel », adressa au professeur amérindien David Yeagley en 2001.

Rachel est clairement imbibée de l’état d’esprit exprimé notamment par Jesse Jackson en 1985 : « Ho ! Ho ! Hé ! Hé ! La civilisation occidentale, du balai ! » Et il est pratiquement certain qu’elle considère les croisés comme le summum des « hommes blancs archaïques [2] », et les croisades comme une démonstration inexcusable d’impérialisme, de racisme, et probablement de génocide de la part de l’Occident. Si elle avait fréquenté une école ayant des « croisés » sur son blason, elle aurait été parmi les premiers à en exiger la disparition. Et vu la manière dont les croisades sont présentées dans la majorité des écoles de nos jours, c’est parfaitement compréhensible. Mais la plupart de ce que l’étudiant lambda connaît aujourd’hui sur les croisades et sur d’autres sujets similaires est erroné. Ceux qui inculquent de telles fumisteries ont un intérêt personnel à produire des Américains qui tiennent le discours de Rachel. Et celle-ci accepte tous ces mensonges grâce à des décennies de conditionnement anti-Américain, anti-Occidental et anti-Chrétien dans nos écoles et universités.

[1] David A. Yeagley, “What’s Up With White Women?” FrontPageMagazine.com, May 18, 2001

[2] NdT : “dead white males”, terme péjoratif utilisé habituellement pour faire référence à l’école de pensée ou de pédagogie traditionnelle qui soulignait l’importance des grands penseurs, écrivains, scientifiques et explorateurs européens, supposément au détriment d’autres groupes (les femmes, les non-européens,…)

Pourquoi il faut dire la vérité

C’est pourquoi la vérité doit être dite sur les croisades et sur d’autres composantes de l’interaction historique entre le Christianisme et l’Islam. Les Américains et les Européens – ainsi que les Chrétiens du Moyen-Orient et d’ailleurs – doivent cesser de battre leur coulpe pour les péchés de jadis, se rappeler l’héroïsme d’antan, et discerner les bienfaits que la civilisation judéo-chrétienne a apportés au monde. Nous devons examiner honnêtement l’Islam et le Christianisme et reconnaître en quoi ils diffèrent. On ne devrait plus admettre des censeurs P.C. qu’ils interdisent de remarquer que, bien que la nature humaine soit partout la même et que des gens aient justifié la violence au nom de toutes les religions, celles-ci ne sont pas identiques.

Le Christianisme est au coeur de la civilisation occidentale. Il a façonné les Américains que nous sommes, et a influencé les Européens et d’autres peuples de par le monde depuis plus longtemps encore. Qu’on l’apprécie ou non, il a modelé même ceux qui rejettent la foi chrétienne. Le Christianisme partage ses principaux principes moraux avec le Judaïsme – des principes omniprésents en Occident, mais incomplètement transmis à l’Islam. Ces principes sont la source dont les penseurs modernes ont tiré le concept des droits universels de l’homme – la base de la culture laïque occidentale.

Yeagley remarque : « Les Cheyennes ont un dicton : ‹ Une nation n’est jamais conquise tant que le cœur de ses femmes n’est pas à terre ›. Lorsque Rachel dénigra les siens, elle le fit avec l’assurance imperturbable d’une grande prêtresse déclamant sa liturgie. Elle parla sans crainte de la critique ou de la censure. Et elle n’en fit pas l’objet. Les autres étudiants écoutèrent en silence, leurs regards allant et venant timidement d’elle à moi, comme s’ils étaient incertains de savoir lequel d’entre nous deux était le meilleur expert… Qui avait conquis le peuple de Rachel ? Qu’est-ce qui l’avait conduite à lui manquer de respect ? Pourquoi se comportait-elle comme une femme d’une tribu vaincue ? »

Pourquoi, en effet ? En fin d’analyse, comme le fait remarquer Yeagley, le résultat est la défaite : des gens qui ont honte de leur propre culture ne la défendront pas.

C’est pourquoi dire la vérité sur les croisades, le Christianisme, et l’Occident n’est pas affaire de cocoricos culturels ou d’apologétique religieuse. C’est un élément essentiel de la défense de l’Occident contre le jihad international actuel.

Posted by ajm as Ch. 14 - Islam et Christianisme: équivalents? at 10:00 AM UTC

No Comments »

Le saviez-vous?

[Chapitre 14, p.171, colonne “Le Saviez-vous?”]
Image Hosted by ImageShack.us
♦ Aujourd’hui, la majeure partie des représentations des Croisades sont des absurdités politiquement motivées et historiquement sans valeur.
♦ Le problème auquel le monde doit faire face aujourd’hui n’est pas le « fondamentalisme religieux » en général – c’est le jihad islamique.
♦ Jihad auquel nous ne serons pas capable de résister si nous ne recouvrons pas la fierté en la civilisation occidentale.

Posted by ajm as Ch. 14 - Islam et Christianisme: équivalents?, Enc. Le saviez-vous? at 10:00 AM UTC

No Comments »

Un livre que vous n’êtes pas censé lire

[Encadré p.179]
Image Hosted by ImageShack.us

How the Catholic Church Built Western Civilization par Thomas E. Woods. Jr.; Washington. DC, Regnery, 2005.

Voici un livre que tout le monde devraient lire dans le monde occidental – catholiques comme non-catholiques. Il montre de façon frappante le nombre de caractéristiques de la vie et de la pensée occidentale qui trouvent leur origine dans l’Église catholique, et balaye la notion politiquement correcte selon laquelle toutes les traditions religieuses sont moralement équivalentes.

Posted by ajm as Ch. 14 - Islam et Christianisme: équivalents?, Enc. Un livre que vous n'êtes pas censé lire at 10:00 AM UTC

No Comments »

Considérations de Bertrand Russell* sur l’Islam

[encadré p.173]
Image Hosted by ImageShack.us

« Le bolchevisme combine les caractéristiques de la révolution française avec celles de la montée en puissance de l’Islam. Marx a enseigné que le communisme était fatalement prédestiné à apparaître ; ceci produit un état d’esprit qui n’est pas très différent de celui des premiers successeurs de Mahomet. D’entre les religions, le bolchevisme doit être comparé avec le Mahométisme plutôt qu’avec le Christianisme ou le Bouddhisme. Le Christianisme et le Bouddhisme sont avant tout des religions personnelles, avec des doctrines mystiques et un amour contemplatif. Le Mahométisme et le bolchevisme sont concrets, sociaux, dénués de spiritualité et intéressés à étendre leur domination sur ce monde. »

* NdT : B. Russel était mathématicien, philosophe et pacifiste britannique ; il reçut le prix Nobel de littérature en 1950 pour l’ensemble de son œuvre, en particulier pour son engagement d’humaniste et de libre penseur.

Posted by ajm as Ch. 14 - Islam et Christianisme: équivalents?, Enc. Ce que dit X de l'Islam at 10:00 AM UTC

No Comments »

January 7th, 2006

Meet the Author

Robert Spencer interviewé sur FoxNews à propos de la dernière déclaration de Zawahiri: http://www.intelligencesummit.org/news/RobertSpencer/RS010606.php

They say a word about his last book, too. cool.gif

Posted by admin as 000 - Info at 10:00 AM UTC

No Comments »

January 6th, 2006

Pourquoi l’appel aux croisades?

[chapitre 10 complet (sans encadrés), pp. 121-132 – merci à Jonathan qui a fait le gros du boulot — Pistache]
Image Hosted by ImageShack.us

Selon le journaliste Amin Maalouf (dans Les Croisades vues par les arabes), le sac de Jérusalem par les croisés en 1099 représente « le point de départ de l’hostilité millénaire entre l’Islam et l’Occident ».[1] L’intellectuel et apologiste de l’Islam John Esposito développe cette notion : il reproche aux croisades (« de prétendues guerres saintes ») d’avoir, d’une manière générale, entravé une civilisation pluraliste : « Cinq siècles de coexistence pacifique s’écoulèrent avant que des événements politiques et l’intervention d’un pape impérialiste ne viennent initier plusieurs siècles de prétendues guerres saintes opposant la Chrétienté à l’Islam qui laissèrent un climat de malentendu et de méfiance perdurant jusqu’à nos jours. »[2]

Maalouf ne semble pas vouloir envisager que cette « hostilité millénaire » ait pu commencer avec la menace voilée du prophète Mohamed à l’encontre de ses voisins non musulmans, émise 450 ans avant que les croisés n’entrent dans Jérusalem: « Adoptez l’Islam et vous serez saufs. »[3] Il n’aborde pas non plus la possibilité que les Musulmans aient pu susciter cette « hostilité millénaire » par la conquête de territoires chrétiens – deux tiers de ce qui avait été jusque là le monde chrétien – des siècles avant les croisades. Les « cinq siècles de coexistence pacifique » d’Esposito sont illustrés selon lui par la conquête de Jérusalem en 638 au cours de laquelle « les églises et la population chrétiennes ne furent pas agressées. »[4] Il omet de mentionner le sermon de Noël de Sophronius en 634 qui dénonçait « la sauvage, barbare et sanglante épée » musulmane et à quel point cette épée avait rendu la vie des Chrétiens difficile.[5]

Mythe PC : Les croisades furent une attaque non provoquée de l’Europe contre le monde musulman

Faux. La conquête de Jérusalem en l’an 638 marqua le début de plusieurs siècles d’agression musulmane et d’aggravation des persécutions à l’encontre des Chrétiens de Terre Sainte. Quelques exemples : au début du VIIIe siècle, soixante pèlerins chrétiens d’Amorium furent crucifiés ; à la même époque, le gouverneur musulman de Césarée captura et exécuta un groupe de pèlerins en provenance d’Iconium sous prétexte d’espionnage (à l’exception de quelques-uns qui se convertirent à l’Islam) ; menaçant de piller l’église de la Résurrection, les Musulmans exigèrent de l’argent des pèlerins. Plus tard au VIIIe siècle, un chef musulman interdit toute exhibition de la croix dans Jérusalem. Il augmenta l’impôt religieux (jizya) à la charge des Chrétiens et interdit à ces mêmes Chrétiens d’enseigner la religion chrétienne, même à leurs propres enfants.

La soumission par la force et la violence devint la règle pour les Chrétiens vivant en Terre Sainte. En l’an 772, le calife al-Mansur ordonna que les mains des Chrétiens et des Juifs soient marquées d’un signe distinctif. Les conversions au Christianisme furent traitées de manière particulièrement brutale. En l’an 789, les Musulmans décapitèrent un moine musulman qui s’était convertit au Christianisme et saccagèrent le monastère de Saint Théodose à Bethléem, tuant plusieurs autres moines. D’autres monastères de la région subirent le même sort. Au début du IXe siècle, les persécutions s’intensifièrent à tel point qu’un grand nombre de Chrétiens s’enfuirent vers Constantinople et d’autres villes chrétiennes. En l’an 923, de nouvelles persécutions conduisirent à la destruction d’églises et, en l’an 937, pendant le dimanche des Rameaux à Jérusalem, les Musulmans pillèrent et détruisirent les églises du Calvaire et de la Résurrection.[7]

En réponse aux persécutions subies par les Chrétiens, les Byzantins passèrent d’une politique défensive à une politique offensive vis-à-vis des Musulmans, tenant de reconquérir certains de leurs territoires perdus. Dans les années 960, le général Nicéphore Phokas (futur empereur byzantin) entreprit une série de campagnes militaires victorieuses contre les Musulmans. Il reprit la Crête, la Cilicie, Chypre et même certaines parties de la Syrie. En 969, il reconquit l’antique cité chrétienne d’Antioche. Les Byzantins étendirent leur campagne en Syrie dans les années 970.[8]

Selon la théologie musulmane, tout territoire ayant appartenu au Domaine de l`Islam lui appartient à jamais, et les musulmans doivent entrer en guerre pour en récupérer le contrôle. En 974, ayant essuyé une série de défaites contre les Byzantins, le calife Abbasside (sunnite) de Bagdad déclara le jihad. Celui-ci faisait suite à une série de jihads annuels initiée par Saif al-Dawla, chef chiite de la dynastie Hamdanide à Alep entre 944 et 967. Saif al-Dawla appelait les musulmans à lutter contre les Byzantins sous prétexte que ces derniers s’emparaient de territoires appartenant au Domaine de l’Islam. Cet appel fut si populaire qu’il motiva des guerriers musulmans provenant de régions aussi lointaines que l’Asie Centrale à se joindre au jihad.[9]

Mais ce jihad fut compromis par les clivages entre Sunnites et Chiites et, en 1001, l’empereur byzantin Basile II conclut une trêve de dix ans avec le calife Fatimide (chiite).[10]

Basile apprit cependant bientôt à ses dépens que de telles trêves sont illusoires. En 1004, le sixième calife Fatimide, Abu’Ali al-Mansur al-Hakim (985-1021) se retourna violemment contre la foi de sa mère et de ses oncles chrétiens (dont deux étaient des patriarches) et organisa la destruction d’églises, l’incendie de croix et la saisie des biens de l’église. Il s’en prit également aux juifs avec la même férocité. En l’espace de dix ans, 30 000 églises furent détruites et d’innombrables Chrétiens se convertirent à l’Islam pour sauver leur vie. En 1009, al-Hakim ordonna le plus spectaculaire de ses méfaits antichrétiens : la destruction de l’église du Saint Sépulcre à Jérusalem, ainsi que de plusieurs autres (dont l’église de la Résurrection). L’église du Saint Sépulcre, reconstruite par les Byzantins au VIIe siècle après avoir été incendiée par les Perses, marque l’endroit où la tradition situe le tombeau du Christ ; elle servit aussi de modèle pour la mosquée Al-Aqsa. Al-Hakim ordonna que le tombeau qu’elle abritait soit excavé jusqu’à la roche. Il contraignit les Chrétiens à porter une lourde croix au cou (et, pour les juifs, de pesants morceaux de bois en forme de veau). Il accumula ce type de décrets humiliants [envers les non-Musulmans] jusqu’à imposer le choix entre la conversion à l’Islam ou l’exil.[11]

Finalement, ce calife fantasque modéra sa persécution des non-Musulmans et restitua même une large part des biens saisis à l’Église.[12] Une des raisons du changement d’attitude d’al-Hakim fut probablement sa prise de distance progressive avec l’orthodoxie islamique. En 1021, il disparut dans des circonstances mystérieuses ; certains de ses partisans le déclarèrent d’essence divine et fondèrent une secte basée sur le mystère de sa disparition et sur d’autres enseignements ésotériques émanant d’un religieux musulman, Muhammad ibn Isma’il al-Darazi (qui donna son nom à la secte druze).[13] Grâce au revirement d’al-Hakim, dont la nouvelle politique fut maintenue après sa mort, il fut permis aux Byzantins de reconstruire l’église du Saint Sépulcre en 1027.[14]

Néanmoins, la situation des Chrétiens était précaire et les pèlerins restaient menacés. En 1056, les Musulmans expulsèrent 300 chrétiens de Jérusalem et interdirent aux Chrétiens d’Europe de pénétrer dans l’église du Saint Sépulcre.[15] Lorsque les Turcs seldjoukides, des fanatiques forcenés, descendirent sur la région depuis l’Asie Centrale, ils y insufflèrent une nouvelle ferveur islamique, rendant la vie de plus en plus difficile à la fois pour les Chrétiens de Jérusalem et pour les pèlerins étrangers (qu’ils empêchèrent de poursuivre leur voyage). Après qu’ils eurent écrasé les forces byzantines à Manzikert en 1071 et fait prisonnier l’empereur Romain IV Diogène, l’Asie Mineure toute entière s’ouvrait à eux ; leur avance devint pratiquement irrésistible. En 1076, ils conquirent la Syrie ; en 1077, Jérusalem. L’émir seldjoukide Atsiz bin Uwaq promit d’épargner les habitants de Jérusalem, mais une fois que ses hommes eurent pénétré dans la ville, ils tuèrent trois mille personnes.[16] La même année, les Seldjoukides établirent le sultanat de Rum (Rome, en référence à la Nouvelle Rome, Constantinople) à Nicée, dangereusement proche de Constantinople elle-même. De là, ils continuèrent à menacer les Byzantins et à harceler les Chrétiens de leurs nouveaux domaines.

L’empire chrétien de Byzance, qui avant les guerres de conquête de l’Islam avait régné sur de vastes territoires comprenant le sud de l’Italie, l’Afrique du nord, le Moyen-Orient et l’Arabie, se trouvait réduit à un peu plus que la Grèce. Il semblait sur le point de mourir de la main des Seldjoukides. L’Église de Constantinople considérait les papes comme schismatiques, et se querellait avec eux depuis des siècles ; mais le nouvel empereur Alexis I Comnène (1081-1118) ravala sa fierté et appela à l’aide. Et c’est ainsi que prit naissance la première Croisade : en réponse à l’appel à l’aide de l’empereur byzantin.

Mythe PC : Les croisades constituent une première manifestation de l’impérialisme prédateur de l’Occident

Impérialisme prédateur ? Pas vraiment. Le Pape Urbain II, qui appela à la première croisade lors du concile de Clermont en 1095, ne réclamait qu’une action défensive – qui tardait depuis trop longtemps. Comme il l’expliqua, il lança cet appel parce que, sans action défensive, les Turcs et les forces musulmanes « porteraient leurs ravages plus avant ». Après avoir exhorté ses fidèles à rester en paix les uns avec les autres, il tourna leur attention vers l’Orient :

« Il est urgent, en effet, que vous vous hâtiez de marcher au secours de vos frères qui habitent en Orient, et ont grand besoin de l’aide que vous leur avez, tant de fois déjà, promise hautement. Les Turcs et les Arabes se sont précipités sur eux, ainsi que plusieurs d’entre vous l’ont certainement entendu raconter, et ont envahi les frontières de la Romanie [l’Empire byzantin], jusqu’à cet endroit de la mer Méditerranée, qu’on appelle le bras de Saint-Georges, étendant de plus en plus leurs conquêtes sur les terres des Chrétiens. Sept fois déjà ils ont vaincu ceux-ci dans des batailles, en ont pris ou tué grand nombre, ont renversé de fond en comble les églises, et ravagé tout le pays soumis à la domination chrétienne. Si vous souffrez qu’ils commettent quelque temps encore et impunément de pareils excès, ils porteront leurs ravages plus loin, et écraseront une foule de fidèles serviteurs de Dieu.C’est pourquoi je vous avertis et vous conjure, non en mon nom, mais au nom du Seigneur, vous les hérauts du Christ, d’engager par de fréquentes proclamations les Francs de tout rang, gens de pied et chevaliers, pauvres et riches, à s’empresser de secourir les adorateurs Christ, pendant qu’il en est encore temps, et de chasser loin des régions soumises à notre foi la race impie des dévastateurs. Cela, je le dis à ceux de vous qui sont présents ici, je vais le mander aux absents; mais c’est le Christ qui l’ordonne. »[17]

Soulignons que le pape ne dit pas un mot sur la conversion ou la conquête. Un appel à « chasser loin des régions soumises à notre foi la race impie des dévastateurs » résonne durement selon les standards d’aujourd’hui ; cependant, il ne s’agissait pas d’une exhortation au génocide, mais plutôt d’extirper la domination islamique de terres qui avaient appartenu aux Chrétiens. Un chroniqueur rapporte qu’Urbain prononça ces mots au début de son discours : « (…) Nous voulons vous faire connaître quelle cause douloureuse nous a amené dans vos pays, comment nous y avons été attirés par le péril qui vous menace, vous et tous les fidèles. (…). »

Des confins de Jérusalem et de la ville de Constantinople nous sont parvenus de tristes récits : souvent déjà nos oreilles en avaient été frappées; des peuples du royaume des Persans, nation maudite, nation entièrement étrangère à Dieu, race qui n’a point confié son esprit au Seigneur, a envahi en ces contrées les terres des chrétiens, les a dévastées par le fer, le pillage, l’incendie, a emmené une partie d’entre eux captifs dans son pays, en a mis d’autres misérablement à mort, a renversé de fond en comble les églises de Dieu, ou les a fait servir aux cérémonies de son culte; ces hommes renversent les autels après les avoir souillés de leurs impuretés. (…) Ils ont démembré l’empire grec, et en ont soumis à leur domination un espace qu’on ne pourrait traverser en deux mois de voyage. (…) Cette cité royale, située au milieu du monde, maintenant tenue captive par ses ennemis, est réduite en la servitude de nations ignorantes de la loi de Dieu; elle vous demande donc et souhaite sa délivrance, et ne cesse de vous implorer pour que vous veniez à son secours. C’est de vous surtout qu’elle attend de l’aide, parce qu’ainsi que nous vous l’avons dit Dieu vous a accordé, par-dessus toutes les nations, l’insigne gloire des armes: prenez donc cette route, en rémission de vos péchés, et partez assurés de la gloire impérissable qui vous attend dans le royaume des cieux.[26]

L’appel du pape évoqua la destruction de l’église du Saint Sépulcre par les Musulmans: « Soyez touchés surtout en faveur du saint sépulcre de Jésus-Christ, notre sauveur, possédé par des peuples immondes, et des saints lieux qu’ils déshonorent et souillent avec irrévérence de leurs impuretés. »[27]Les croisades prirent la forme de pèlerinages : les Chrétiens d’Europe se mirent en route motivés par des raisons religieuses et avec l’intention de se défendre si leur parcours était entravé ou s’ils étaient attaqués. Beaucoup prononcèrent leurs vœux. Surtout au début, un grand nombre de non-soldats se mirent en route vers la Terre Sainte – et la plupart des participants à cette « Croisade populaire » furent massacrés sans cérémonie par les Turcs en Asie Mineure occidentale en août 1096.

Mythe PC : Les croisades étaient motivées par l’appât du gain

Il est évident que les croisés n’étaient pas tous animés d’intentions parfaitement pures. Nombre d’entre eux ne se montrèrent pas à la hauteur des grands idéaux des pèlerins chrétiens à plusieurs égards. Mais le dogme politiquement correct qui consiste à dépeindre les croisades comme des entreprises non provoquées et impérialistes contre une population musulmane paisible est historiquement faux et procède plutôt d’une aversion pour la civilisation occidentale que d’une recherche historique sincère.

Le pape Urbain n’a jamais considéré les croisades comme une occasion de s’enrichir. Il décréta que les terres reprises aux Musulmans seraient rendues à Alexis Comnène et à l’Empire Byzantin. Le pape voyait dans les croisades un sacrifice et non une opération profitable.[28]

En fait, la participation à une croisade était une aventure ruineuse. Les croisés vendaient leurs biens pour financer ce long voyage jusqu’en Terre Sainte, tout en sachant qu’ils n’en reviendraient peut-être pas.

Pour prendre un exemple typique de croisé, Godefroi de Bouillon, duc de Basse-Lorraine, l’un des plus importants seigneurs européens qui prirent la Croix (comme on désignait alors le fait de se joindre à la croisade), vendit plusieurs de ses propriétés pour financer son voyage. Mais il avait la ferme intention de revenir dans ses terres plutôt que de s’installer au Moyen-Orient, puisqu’il ne céda ni son titre, ni la totalité de ses biens.[29]

De récentes études de documents des croisés révèlent que la grande majorité d’entre eux n’étaient pas des « cadets » cherchant fortune au Moyen-Orient. La plupart, à l’image de Godefroi, étaient des seigneurs régnant sur leur propre domaine, des hommes qui avaient tout à perdre.[30] Incontestablement, certains croisés s’enrichirent après la première croisade. Foucher de Chartres écrit : « Ceux qui étaient pauvres là-bas, ici Dieu les a rendus riches. Ceux qui n’avaient là-bas que quelques pièces possèdent ici force besants ; et ceux qui n’avaient pas même un toit, ici, par la grâce de Dieu, possèdent toute une cité. »[31] Mais la plupart de ceux qui revinrent en Europe n’y ramenèrent aucun bien matériel pour prix de leurs efforts.

Mythe PC : Les croisades furent lancées pour convertir de force les Musulmans au Christianisme

À entendre certains aficionados de la rectitude politique, les croisés envahirent le Moyen-Orient l’épée à la main et pourfendirent tous les « infidèles » qu’ils rencontrèrent, à l’exception de ceux qu’ils forcèrent à se convertir au christianisme. Mais cette version criarde des faits n’est qu’une fiction servant des objectifs politiques. Aucune des transcriptions des discours du pape Urbain au concile de Clermont ne mentionne quelque injonction que ce soit à convertir les Musulmans. La seule préoccupation du pape était de défendre les pèlerins chrétiens et de reprendre les terres chrétiennes. Ce n’est que plus d’un siècle après la première croisade que des Chrétiens européens tentèrent de convertir les Musulmans au christianisme de manière concertée, lorsque les Franciscains commencèrent à faire œuvre de missionnaires parmi les Musulmans vivant sur des terres en mains chrétiennes. Cet effort demeura cependant très infructueux.

Là où les croisés furent victorieux et établirent des royaumes et des principautés au Moyen-Orient, ils laissèrent généralement les Musulmans de leurs domaines vivre en paix, pratiquer leur religion, bâtir des mosquées et des écoles, et maintenir leurs propres tribunaux religieux. Certains ont comparé leur statut à celui réservé aux dhimmis vivant en terre d’Islam, qui conservaient une certaine autonomie mais étaient soumis à de lourds impôts et à d’autres restrictions. Il est probable que les croisés adoptèrent certaines des lois relatives à la dhimmitude déjà en place, mais jamais ils ne soumirent les Juifs ou les Musulmans à des codes vestimentaires. Juifs et Musulmans n’eurent ainsi pas subir de discriminations et de harcèlements quotidiens,[32] comme c’était la règle sous l’administration musulmane. La différence fondamentale réside dans le fait que la dhimma ne fit jamais partie des lois et doctrines chrétiennes, alors quelle fait partie intégrante de l’Islam.

En outre, le Musulman espagnol Ibn Jubayr (1145-1217), qui traversa la Méditerranée au début des années 1180 pour se rendre à La Mecque, découvrit que les Musulmans placés sous domination chrétienne vivaient mieux que dans les territoires islamiques, à tel point que les Musulmans eux-mêmes préféraient vivre sur les terres des croisés :

« Au départ de Tibnin (près de Tyr), nous traversâmes un écheveau continu de fermes et villages situés sur des terres bien cultivées. Tous les habitants étaient musulmans, mais ils vivaient à l’aise avec les Franj [Francs, ou croisés] – que Dieu les préservent de la tentation ! Ils possèdent leurs habitations et leurs biens sont respectés. Toutes les régions contrôlées par les Franj en Syrie sont soumises à ce système : propriétés foncières, villages et fermes sont restés aux mains des Musulmans. Maintenant, le doute s’empare du cœur de beaucoup de ces hommes quand ils comparent leur condition à celle de leurs frères vivant en territoire musulman. En effet, ces derniers doivent subir l’injustice de leurs coreligionnaires, alors que les Franj agissent avec équité. »[33]

Autant pour la controverse selon laquelle les croisés ne furent que des barbares qui s’attaquèrent à une civilisation largement supérieure.

* * *

1. Amin Maalouf, Les Croisades vues par les Arabes, Lattès, 1986
2. John Esposito, Islam: The Straight Path, troisième édition, Oxford: Oxford University Press, 1998, 58.
3. Bukhari, vol. 4, livre 56, no 2941.
4. Esposito, op. cité, 58.
5. Cité par Bat Ye’or, Les chrétientés d’orient entre jihad et dhimmitude (VIIe – XXe siècle), Éd. Le Cerf , 1991
7. Moshe Gil, A History of Palestine, 634-1099, Cambridge: Cambridge University Press, 1992, 473-76. À son crédit, on peut signaler que le calife al-Muqtadir fit reconstruire les églises démolies lors des persécutions de 923.
8. Steven Runciman, Histoire des croisades, Éd. Dagorno, 1998
9. Carole Hillenbrand, The Crusades: Islamic Perspectives, Oxford: Routledge, 2000, 101.
10. S. Runciman, op. cité.
11. M. Gil, op. cité, 376.
12. S. Runciman, op. cité ; Hillenbrand, op. cité, 16-17; Jonathan Riley-Smith, Les Croisades, Pygmalion, 1999
13. Bernard Lewis, Les Assassins, Éd. Complexe, 2001
14. S. Runciman, op. cité.
15. Ibid., 49.
16. M. Gil, op. cité, 412.
17. Version de Foucher de Chartres. Traduction prise dans Duc de Castrie, La conquête de la Terre sainte par les croisés, Paris, Albin, 1973, pp. 209-210. http://www.callisto.si.usherb.ca/~croisade/Clermont.htm
26. Version de Robert le Moine. Traduction prélevée dans Duc de Castries, La conquête de la Terre sainte par les croisés, Paris, Albin Michel, 1973, pp. 195-199., http://www.callisto.si.usherb.ca/~croisade/Clermont.htm
27. Ibid.
28. Ibid.
29. Thomas Madden, Croisades, Sélection du Reader’s Digest, 2005
30. Ibid.
31. Foucher de Chartres, Historia Hierosolymitana
32. Jonathan Riley-Smith, The Oxford Illustrated History of the Crusades, Oxford: Oxford University Press, 1995, 116.
33. Maalouf, op. cité

Posted by admin as Ch. 10 - Pourquoi l'appel à la croisade at 10:00 AM UTC

No Comments »

January 2nd, 2006

Entre Mahomet et Jésus…

[encadré p.12]
Image Hosted by ImageShack.us

« Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent … »
Jésus, Évangile selon Matthieu 5-44

« Préparez, contre [ces Infidèles] tout ce que vous pourrez comme force et comme cavalerie, afin d’effrayer l’ennemi d’Allah et le vôtre, et d’autres encore que vous ne connaissez pas en dehors de ceux-ci mais qu’Allah connaît … »
Mahomet, Coran 8-60

Posted by ajm as Ch. 01 - Mahomet: prophète guerrier, Enc. Entre Mahomet et Jésus at 10:10 AM UTC

No Comments »

Le saviez-vous?

Image Hosted by ImageShack.us
♦ L’Islam n’a ni réformé ni modifié ses doctrines traditionnelles concernant le jihad.
♦ Les groupes jihadistes modernes travaillent à rétablir le califat afin d’intensifier leur guerre contre l’Occident.
♦ Ces groupes méprisent la démocratie, la considèrent comme une importation occidentale incompatible avec le califat et la charia

Posted by ajm as Ch. 15 - Le jihad se poursuit, Enc. Le saviez-vous? at 10:00 AM UTC

No Comments »

« Previous Page« Previous Entries  Next Entries »Next Page »